Foul Spiel

Foul play: profit, promesses et semi-crime

Foul play: profit, promesses et semi-crime

Accusations contre le business de la migration du football

20.05.2021

Gambie

Capitale: Banjul
Population: environ 2,3 millions d’habitants
Langues : plus de 20 langues nationales, en plus de la langue officielle, l’anglais, le mandingue est la langue la plus répandue

Déjà connu?

Translation

Want to read the article in another language?
Please click here

Actuellement, les médias européens consacrés au football sont principalement dominés par la rapacité de la Super League échouée et par de vagues protestations contre la Coupe du monde 2022. Des slogans tels que Droits de l’homme ou Droits de l’homme – sur et hors du terrain sur les maillots des équipes nationales de l’Allemagne et de la Norvège pointent du doigt les violations des droits de l’homme dans le pays organisateur, le Qatar.1,2 Ces slogans font référence aux conditions de vie et de travail proches de l’esclavage dans lesquelles les travailleur.euse.s migrant.e.s construisent les stades de football pour la prochaine Coupe du monde. Dans un rapport de 2020, Human Rights Watch cite trois causes principales à l’origine de l’exploitation: le système de la kafala, qui crée une relation de dépendance de type esclavagiste entre l’employeur.euse et les travailleur.euse.s migrant.e.s; un processus de recrutement immoral qui conduit de nombreux.euse travailleur.euse.s à s’endetter puisqu’ils doivent payer leurs propres frais de recrutement; et des salaires non payés ou différés.3 Même si toutes ces revendications à l’encontre du Qatar sont justes et importantes, personne ne s’exprime, et encore moins ne proteste, contre le business européen de la migration du football. C’est ce commerce qui exploite financièrement les réfugiés mineurs et les laisse souvent dans des conditions précaires au cœur de l’UE. À cette fin, nous avons pu interviewer Almami (le nom a été changé), un réfugié gambien de moins de 18 ans qui a joué pendant deux ans dans le Campionato Primavera – la meilleure ligue de football junior d’Italie. L’entretien a été réalisé le 11 avril 2021 et est totalement anonyme afin de protéger le statut d’asile incertain de la personne interrogée.

Qui joue dans le football junior italien?

La meilleure ligue de football junior en Italie accueille généralement des joueurs âgés de 15 à 20 ans.

Qui joue dans le football junior italien?

La meilleure ligue de football junior en Italie accueille généralement des joueurs âgés de 15 à 20 ans.

Tout d’abord, cet article nous oblige à une auto-réflexion critique: Comment pouvons-nous, en tant qu’individus blancs, traduire l’histoire d’une personne noire? Comment peut-on dénoncer le racisme tout en reproduisant le racisme structurel? Pour cet article spécifique, nous avons décidé que la solidarité signifie supporter l’inconfortable et la contradiction. Pour nous, cela signifie utiliser notre privilège pour rapporter l’histoire d‘Almami, qui ne peut pas simplement, vue son statut d’asile précaire, décider de la publier soi-même.

Bonne ou mauvaise migration: la forteresse Europe et son marché du travail

Le régime frontalier européen ne peut être expliqué comme la forteresse Europe uniquement à travers le prisme de la militarisation. Il faut plutôt le comprendre comme un appareil ambivalent. Cela implique une analyse et une prise en compte parallèles du repli et du marché du travail néolibéral. Si la première est plus ou moins évidente, la seconde est motivée par la crainte de perdre les masses productrices en raison du changement démographique. Le fonctionnement du marché du travail néolibéral en tant que mécanisme frontalier combine le darwinisme social avec les agences de recrutement (non)gouvernementales.4,5 Cette approche binaire – bonne ou mauvaise, migration légale ou illégale – a dominé la politique migratoire européenne au moins depuis le début de sa politique de voisinage en 2003.6
Graffitti No Border No Nation
No Borders No Nation © Bright Tal via Creative Commons

Dans une économie mondiale organisée de manière capitaliste, cette approche est absolument logique. Depuis la Seconde Guerre mondiale – et peut-être même avant – les personnes migrantes ont été considérées avant tout comme un capital humain : On attend d’eux qu’ils se soumettent aux économies européennes en tant que travailleur.euse.s mal payé.e.s, tant qu’ils sont rentables.4 L’agence de développement allemande (à but lucratif), la GIZ, a mis en place plusieurs programmes sous le slogan Triple-Win qui soutiennent cette réalité. En 2016, la GIZ a lancé un programme pilote en coopération avec l’agence marocaine pour l’emploi qui a sélectionné 110 stagiaires pour le secteur allemand de l’hôtellerie et de la restauration.7 Un autre programme de la GIZ et de l’Agence allemande pour l’emploi consiste à recruter des travailleur.euse.s migrant.e.s en Bosnie-Herzégovine ou en Tunisie pour le secteur allemand des soins.8 En même temps, la Bosnie-Herzégovine et le Maroc servent comme la frontière extérieure de l’Europe. Cela peuEn même temps, la Bosnie-Herzégovine et le Maroc servent comme la frontière extérieure de l’Europe. Cela peut sembler cynique, mais correspond parfaitement aux deux derniers objectifs de la politique européenne de voisinage: la sécurité et la migration/la mobilité.9

La politique européenne de voisinage (PEV) s’appuie principalement sur le soft power de l’UE : un outil politique qui repose moins sur la contrainte et plus sur le consensus et les incitations. Par exemple, la coopération sur les questions de protection des frontières est considérée comme une condition d’admission à la zone de libre-échange du plus grand espace économique commun du monde. La proximité entre la création de l’agence de gestion des frontières Frontex en 2005 et l’importance institutionnelle croissante du contrôle des migrations n’est probablement pas une coïncidence. Après tout, l’objectif de la PEV est d’établir un cercle stable d’amis dans le voisinage régional. En d’autres termes, il s’agit aussi de soutenir des régimes autoritaires, de prendre des mesures préventives et de permettre une liberté de migration aussi réduite que possible.

L’externalisation du régime frontalier est triple : vers des technologies, vers des acteur.rice.s privé.e.s et/ou vers des états tiers. Ces derniers ont été une pratique courante au moins depuis le lancement de la PEV. La coopération en matière de gestion des frontières s’effectue avec les pays africains riverains et de transit. Les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, dans le nord du Maroc, sont le symbole de l’Europe des forteresses. Ici, les clôtures frontalières éprouvées rencontrent des technologies de pointe.
Si l’exploitation économique dans le secteur des bas salaires est bien connue de la plupart d’entre nous, il n’en va pas de même pour le business de la migration du football. Pourquoi en est-il ainsi? Premièrement, le football est généralement perçu comme une grande opportunité pour l’intégration des jeunes réfugié.e.s et demandeur.euse.s d’asile. 10,11,12 Deuxièmement, comme il n’y a pas de débat intense ni de réforme politique concernant le racisme structurel dans la société européenne, le football professionnel n’a pas besoin d’une auto-réflexion critique et se limite aux slogans rapides. Troisièmement, le football est considéré avant tout comme un jeu et non comme un modèle économique.

Money and the balls

La FIFA a révisé ses directives internes en 2010. Depuis lors, les transferts internationaux de joueurs de moins de 18 ans sont effectivement interdits. Bien sûr, il y a toujours des exceptions.13,14 Cependant, la nouvelle politique était une réaction au nombre croissant de migrants clandestins de football arrivant en Europe. L’organisation Culture Foot Solidaire a comptabiliser 8.000 cas de ce type en France en 2010.14 Dans de nombreux cas, des agent.e.s de football européens ont recherché de jeunes talents – principalement originaires d’Afrique de l’Ouest – et ont persuadé leurs familles de payer des sommes importantes, allant jusqu’à 5.000€, pour faire venir leurs fils dans les grands clubs de football européens. Certains jeunes peuvent même intégrer une équipe de haut niveau. Dans ces cas, ils s’attendent souvent à des contrats de bâillon, tandis que les agent.e.s gagnent de grosses sommes d’argent. Les autres sont lâchés par leurs agent.e.s et se retrouvent dans des situations juridiques précaires.14
1996
Année
2.8
Revenus en milliards (€)

Taux de revenu annuel des top-teams européens en milliards € (de 1996 à 2016).
Source: propre présentation, UEFA (2016): Club Licensing Benchmarking Report Financial Year 2016.

Afin de contourner les règles de la FIFA et de garder les mineurs ouest-africains employés, leur âge est souvent falsifié. Une fois qu’ils ne sont plus soutenus par une équipe de football puissante ou par leur agent.e, les autorités françaises (et d’autres pays européens) chargées de l’immigration n’acceptent plus leur âge déclaré et utilisent des méthodes racistes telles que les tests osseux pour confirmer leur âge.14 Bien que ces cas ne soient pas exactement comparables à ce qui est arrivé à notre personne interviewée Almami, les structures racistes-capitalistes sont néanmoins similaires. La capacité des jeunes à agir par eux-mêmes (agency) – à réussir dans l’une des ligues de football européennes – est clairement un moteur de l’émigration vers l’Europe. Toutefois, à leur arrivée en Europe, une grande partie de ce pouvoir leur est retirée.

Le début d'une carrière précaire dans le football

Quand Almami est arrivé en Sicile en 2016, il avait réussi à traverser la frontière la plus meurtrière du monde: la mer Égée.15 Il a été presque immédiatement emmené dans un centre d’accueil pour réfugié.e.s mineur.e.s à Messine, en Sicile. En Gambie, il ne s’intéressait même pas au football et ne rêvait pas d’une carrière de footballeur professionnel.
Soccer in camp
© Jared Köhler for EU Civil Protection and Humanitarian Aid via Creative Commons

Cependant, il y avait un terrain de football près du camp d’accueil. Ici, Almami a commencé à jouer avec d’autres réfugié.e.s et jeunes pour s’amuser et passer du temps. Après un certain moment, un homme s’est présenté au terrain de foot. Cette personne est ensuite devenue son agent. Une semaine après son arrivée, début 2017, la direction du camp, accompagnée de l’agent alors inconnu, frappe à la porte d‘Almami et l’envoie au Gênes – le début de sa carrière de footballeur. Il nous raconte comment ils l’ont attiré avec une chambre à lui, une télévision et en lui proposant de devenir footballeur. À partir de ce moment-là, l’agent est également devenu son tuteur légal, car il était encore mineur. Almami a joué dans trois équipes différentes dans le Campionato Primavera – deux d’entre elles à Gênes et une à Bologne. Pendant cette période, il a vécu dans un camp de talents avec de jeunes joueurs de pays comme le Canada et le Brésil. Bien qu’il ait travaillé et se soit entraîné à plein temps (deux séances d’entraînement par jour), il n’a jamais reçu de rémunération lorsqu’il jouait pour les équipes. Ses coéquipiers de football, d’autre part, ont reçu de l’argent. Alors où est passé son argent?

Quand il a commencé à jouer pour l’équipe, son agent lui a fait signer un contrat. Almami raconte que ce n’était qu’une signature parmi tant d’autres, car il devait toujours signer pour tout au centre de premier accueil (par exemple, pour entrer, sortir, recevoir de la nourriture). Il a découvert par la suite que son agent avait probablement reçu et retenu l’argent; il s’agissait d’au moins 5.000€ par mois, voire plus. Cela fait un total d’au moins 180.000 €. Émile Durkheim, un sociologue français, explique la liaison des contrats par des conditions hors contrat telles que la confiance et la compréhension commune.16 Probablement l’agent a exploité impudiquement sa position de pouvoir en tant que tuteur légal de l’Almami pour s’enrichir. Cette pratique de recrutement n’est rien d’autre qu’un héritage néo-colonial. Sous l’impérialisme, ce système juridique raciste était appelé ‘l’engagisme’: le trafic de personnes d’une colonie à l’autre pour travailler comme ouvriers non rémunérés en échange de nourriture et de logement. De nos jours, on retrouve des choses similaires dans le football professionnel.17
Le système juridique britannique de l’engagisme était une pratique courante de la servitude sous contrat, en particulier du 16e au 18e siècle. Dans ce système, le serviteur dépendait d’une entreprise ou d’un particulier et ne recevait pas de salaire sauf le gîte et le couvert. À l’expiration du contrat, les serviteurs domestiques étaient libres de créer leur propre entreprise. Pour de nombreux.euse émigrant.e.s européens, fuyant la famine, la censure et le manque de liberté, cette relation de dépendance était le seul moyen de financer le coûteux passage vers les territoires colonisés d’Amérique du Nord. À partir du milieu du XIXe siècle, ce système de travail forcé a officiellement remplacé le commerce des esclaves. Cependant, le commerce de travailleur.euse.s colonisé.e.s entre les économies de plantation, ainsi que leur traitement inhumain, était en fait la continuation de l’esclavage sous un titre plus humain.
La Gambie était une plaque tournante majeure du commerce transatlantique d’esclaves. Via l’île de Kunta Kinteh, de nombreux.euse esclaves ont été expédiés du continent africain vers les États-Unis pour travailler dans l’industrie du coton. L’île est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2003. Dans son livre à succès ‘Roots’, l’auteur américain Alex Haley raconte l’histoire de ses ancêtres qui ont été kidnappés en Gambie et expédiés aux États-Unis via cette île.

De la Sicile à Brême : L'illégalisation des réfugié.e.s au nom du profit

La fragilité de ce système de travail devient évidente lorsque ‘le serviteur sous contrat’ n’est plus rentable. En 2019, Almami s’est blessé, rien d’inhabituel dans le football professionnel. Toutefois, dans son cas particulier, le club a annulé son contrat. Lorsque cela s’est produit, l’agent de l‘Almami lui a conseillé d’aller à Brême pour faire ses preuves dans une nouvelle équipe. À cette fin, ou soi-disant opportunité, il a été envoyé en Allemagne illégalement par bus – puisque son premier pays d’arrivée était l’Italie. Après avoir joué dans une équipe de Brême pendant un certain temps, la police l’a arrêté en raison du défaut de papiers et probablement aussi à cause du profilage racial. Almami a ensuite été emmené dans un autre abri pour réfugié.e.s. Entre-temps, il n’y vit heureusement plus, mais a trouvé un appartement en colocation. Malheureusement, le combat pour son droit d’être reconnu comme un être humain légal ne s’arrête pas là. Actuellement, les autorités allemandes doutent de son âge. Ils le font pour des raisons évidentes, car l’expulsion de réfugié.e.s non accompagné.e.s âgés de moins de 18 ans est généralement illégale.18 Quoi qu’il en soit, une chance de confirmer son âge serait son profil footballistique sur „tuttocampo“, un site d’offres d’emploi pour les footballeurs. Le problème est que son profil, avec ses coordonnées et son compteur de buts, a été remplacé par le nom et la photo d’un autre joueur:

„Je n’existe plus là-bas.” On ne trouve pas non plus son dossier à l’ambassade de Gambie en Italie, auprès de laquelle il a obtenu son passeport par l’intermédiaire de son agent de l’époque. La même chose pour la Sicile, où il a été enregistré pour la première fois et où l’agent l’a également découvert. Au téléphone, les autorités gambiennes disent à Almami qu’il a bien reçu un passeport en Italie.

Je n’existe plus là-bas.

Almami

Comment se fait-il alors qu’il n’y ait aucun dossier en Italie? À ce point, au plus tard, l’énergie criminelle du business de la migration des footballeurs n’est plus floue mais claire comme de l’eau de roche. Almami soupçonne l’agent de l’avoir envoyé à Brême après sa blessure pour se débarrasser de lui. Cela lui permet de modifier facilement son profil de lecteur numérique et de poursuivre ses activités comme si de rien n’était:

Ils vous font croire que vous êtes un bon joueur, mais dans leur propre intérêt. Quand ils ont fini avec vous, ils se débarrassent de vous et trouvent quelqu’un d’autre.

Almami

Quote_Icon

Comme Almami se trouve en Allemagne et que l’agent de football est au courant de sa situation précaire en matière d’asile, on peut soupçonner un complot calculé : après tout, qui croirait l’histoire d‘Almami ou s’y intéresserait ? Depuis lors, il n’a jamais eu de nouvelles de l’agent, qui le bloque également sur les médias sociaux.

Après tout ce qui s’est passé, l‘Almami joue toujours au football. Et il le fait dès qu’il est malheureux. Il utilise également son énergie pour faire du rap, et après avoir entendu certaines de ses chansons puissantes, nous sommes sûrs que ce n’est pas la dernière fois que nous entendons parler de lui.

Auteur:
Joschka
En collaboration avec Almami

Références

  1. Spiegel Online: Botschaft an Katar – Norwegens Fußballer setzen sich für Menschenrechte ein (24.03.2021), récupéré sous https://www.spiegel.de/sport/fussball/wm-qualifikation-norwegens-fussballer-demonstrieren-fuer-menschenrechte-botschaft-an-katar-a-7aa46a49-ed9c-454d-8d03-40c756150522. Dernier accès le 21.04.2021.
  2. Sportschau, Aust, Dorian: Proteste für Menschenrechte – alles abgesegnet? (30.03.2021),  récupéré sous https://www.sportschau.de/fussball/nationalmannschaft/menschenrechts-proteste-in-wm-quali-mehren-sich100.html. Dernier accès le 21.04.2021.
  3. Human Rights Watch: How Can We Work Without Wages? Salary Abuses Facing Migrant Workers Ahead of Qatar’s FIFA World Cup 2022. Summary. (24.08.2020), récupéré sous https://www.hrw.org/report/2020/08/24/how-can-we-work-without-wages/salary-abuses-facing-migrant-workers-ahead-qatars. Dernier accès le 21.04.2021.
  4. Gambino, Ferruccio/Sacchetto, Devi (2009): Die Formen des Mahlstroms. Von den Plantagen zu den Fließbändern. Dans: van der Linden, Marcel / Roth, Karl-Heinz (sous la direction de): Über Marx hinaus. Berlin/Hamburg: Assoziation A, p. 115-153.
  5. Georgi, Fabian (2019): Kämpfe der Migration im Kontext. Die Krisendynamik des europäischen Grenzregimes seit 2011. Dans: Wissel, Jens / Keil, Daniel (sous la direction de): Staatsprojekt Europa. Eine staatstheoretische Perspektive auf die Europäische Union (collection de revues: Staatsverständnisse, n° 137). Baden-Baden: Nomos, p. 205-227.
  6. Bialasiewicz, Luiza (2012). Off-shoring and Out-sourcing the Borders of EUrope: Libya and EU Border Work in the Mediterranean, Geopolitics, 843–866.
  7. GIZ: Von der Pike auf: Junge Marokkaner lernen im deutschen Hotel- und Gastgewerbe (21.08.2018), récupéré sous https://www.giz.de/de/mediathek/68745.html. Dernier accès le 21.04.2021.
  8. GIZ: Triple Win: Tausendste Pflegekraft nimmt Arbeit in Deutschland auf (31.07.2017), récupéré sous https://www.giz.de/de/mediathek/55638.html. Dernier accès le 21.04.2021.
  9. European External Action Service: Europäische Nachbarschaftspolitik ENP (08.02.2021), récupéré sous https://eeas.europa.eu/diplomatic-network/european-neighbourhood-policy-enp/330/european-neighbourhood-policy-enp_en. Dernier accès le 21.04.2021.
  10. UNHCR: Sports Partners (2021), récupéré sous https://www.unhcr.org/sport-partnerships.html. Dernier accès le 21.04.2021.
  11. Bundesministerium des Innern, für Bau und Heimar BMI: Integration durch Sport (2021), récupéré sous https://www.bmi.bund.de/DE/themen/heimat-integration/integration/integration-sport/integration-sport-node.html. Dernier accès le 21.04.2021.
  12. Network fare: Inspire (2021), récupéré sous https://refugeesandfootball.org/inspire. Dernier accès le 21.04.2021.
  13. FIFA (2010): Regulations on the Status and Transfer of Players. Zurich. Sur la page web: Status and Transfer 2010_INHALT.indd (fifa.com). Dernier accès le 21.04.2021.
  14. Esson, James (2015): Better Off at Home? Rethinking Responses to Trafficked West African Footballers in Europe. Dans: Journal of Ethnic and Migration Studies. 41 (3).
  15. Brot für die Welt: Europa hat die tödlichste Außengrenze der Welt (20.06.2017), récupéré sous https://www.brot-fuer-die-welt.de/blog/2017-europa-hat-die-toedlichste-aussengrenze-der-welt/. Dernier accès le 26.04.2021.
  16. Weyand, Jan (2014): Klasse, Klassenkampf, Geschichte. Dans: Artus, Ingrid et al. (sous la direction de): Marx für SozialwissenschaftlerInnen. Wiesbaden: Springer, p. 51-81.
  17. Northrup, David (1995): Indentured labor in the age of imperialism, 1834–1922. Cambridge: Cambridge University Press.
  18. Aufenthaltsgesetz: Kapitel 5, Abschnitt 2, § 58. récupéré sous https://dejure.org/gesetze/AufenthG/58.html. Dernier accès le 28.04.2021.

Écrire un commentaire

Nous attendons vos contributions sur ce blog sous forme de questions, de suggestions et de critiques. Il est important pour nous de traiter les uns avec les autres de manière ouverte, amicale et respectueuse. Nous nous réservons le droit de ne pas publier de contenus racistes, sexistes ou autres contenus discriminatoires.

Kommentar verfassen / Make a comment